16 août 2012

Chandler Bing


Chandler Muriel Bing est le comique de la bande. Il aime les jeux de mots, vannes et autres mots d’esprit, qui sont, comme il aime à le répéter, avant tout un moyen de défense. Chandler est donc un personnage plus angoissé qu’il n’y paraît. Il est en froid avec ses parents, qu’il s’agisse de sa mère, auteure à succès de romans érotiques, ou plus encore son père, « Charles-Helena », qui se travestit. Il a été profondément marqué par la rupture de ses parents lorsqu’il était enfant, en plein repas de Thanksgiving, ce qui explique pourquoi le personnage se montre aussi aigri à l’approche de cette fête. Ce mal-être familial a sans doute des répercussions sur sa vie amoureuse : notre homme, en plus de ne pas être un bon dragueur (ce qui ne l’empêche cependant pas de se trouver des compagnes, contrairement à ce qu’il a tendance à suggérer), a surtout un problème sur le plan de l’engagement, ce qui lui vaut d’enchaîner des histoires à très court terme, avec par exemple Nina, Aurora, Kathy, Jade ou Joanna. Pour ne rien arranger, notre homme est souvent perçu comme gay. De Joey (3.6) à Rachel (1.8) en passant par ses collègues de bureau (1.8), et le voisin un peu spécial M. Heckles (2.3), tout le monde se trompe à son sujet, ce qui occasionne de récurrentes et savoureuses répliques et situations. Au final, la seule fille avec laquelle il reste plusieurs épisodes dans les premières saisons est paradoxalement Janice, une fille hystérique et pas très maligne qui n’a pas franchement la cote auprès des Friends, et dont lui-même ne semble pas tellement amoureux. Heureusement, son histoire avec Monica, entamée à la fin de la quatrième saison, va épanouir notre Chandler : il va prendre confiance et mûrir, au point de se marier et d’adopter deux jumeaux avec sa dulcinée.

Chandler a donc pendant longtemps une certaine immaturité sur le plan de l’engagement amoureux, mais se révèle cependant très mûr au niveau du travail. Contrairement à son ami Joey, Chandler connaît très peu de réelles difficultés sur le plan professionnel. Il occupe déjà un emploi dès le début de la première saison, et même si personne ne sait vraiment en quoi celui-ci consiste (hormis le fait qu’il s’agisse d’un métier en rapport avec les chiffres et l’informatique), et même si le poste ne semble pas le passionner, sa vie professionnelle est un long fleuve tranquille. Il n’y a que dans la neuvième saison, lorsqu’il démissionne de son poste à Tulsa, qu’il rencontre des difficultés. Il change de cap et décide de travailler dans la publicité, en commençant par un stage non rémunéré où ne sont engagés à son terme qu’une minorité de stagiaires… Mais il finit par être engagé pour un poste de rédacteur junior, fonction plus en adéquation avec son profil, puisque le personnage, comme on l’apprend dans la doublette 6.15-6.16, a plus d’affinités avec l’écriture qu’avec les chiffres.

Chandler, on l’a vu, n’est pas tout à fait à son avantage avec les filles, mais il l’est en revanche bien plus sur le plan de l’amitié. Il est toujours attentif au bien-être de ses amis (même s'il ne se gêne pas pour gentiment les taquiner), en plus d’être de bon conseil. On pense à Ross, son ancien pote de fac, mais surtout à Joey, son colocataire pendant de nombreuses saisons. Son amitié avec ce dernier, tout en complicité, jeux débiles et « disputes de couple » (dont certaines en raison de leurs « enfants » : le canard et le poussin !) est sans nul doute la plus émouvante, drôle et marquante de la série. Chandler est toujours là pour dépanner financièrement son meilleur ami, ainsi que pour l’encourager dans sa voie – tout en modérant son enthousiasme si celui-ci s’enflamme un peu trop. On trouve notamment deux grands moments, particulièrement émouvants, concernant cette amitié : lorsque Joey part dans la deuxième saison habiter de son côté, on les voit tous les deux dépérir dans leur coin, avant qu’Eddy ne devienne le nouveau colocataire de Chandler. Celui-ci prenant conscience qu’Eddy est un peu maboule, Joey revient de façon jubilatoire : le duo de colocataires est reformé pour notre grand plaisir ! L’autre grand moment concerne Kathy, que Chandler pique à Joey. Celui-ci lui en veut terriblement, mais finit par lui pardonner après que Chandler accepte de réfléchir dans une caisse (!) à son erreur.

Chandler est quelqu’un de très intelligent. Il se montre même parfois rusé et manipulateur pour arriver à ses fins. Il manipule ainsi Phoebe pour que celle-ci choisisse son prénom pour le troisième enfant de Frank et Alice, et on se souvient de même de la dextérité avec laquelle il parvient à renverser la tendance en semant la zizanie lorsque l’attention est centrée sur son amour de la cigarette. Il décourage également habilement Monica lorsque celle-ci veut lui faire un cours de gym intensif.

Bref, Chandler est un personnage qui propose d’excellents moments, entre son inoubliable histoire d’amitié avec Joey, son émouvante idylle avec Monica et ses reparties cinglantes. Dommage tout de même qu'il se soit un peu ramolli dans les dernières saisons, ce qui s’explique à la fois par les problèmes de santé de l’acteur, mais surtout par le fait qu’il se soit « rangé » avec Monica, ce qui place également au second plan son fameux duo avec Joey. L’homme a un peu perdu de son mordant, mais il demeure toutefois l’un des personnages les plus attachants de la série.

 

Quelques-unes de ses meilleures répliques :

 

Chandler : Je ne vais pas l’appeler, je lui ai laissé un message, j’ai quand même ma fierté.

Monica : C’est vrai ?

Chandler : Non. (1.20)

 

Pour moi, le monde est un mariage lesbien permanent. (2.11)

 

Phoebe : Vous vous y connaissez en poulettes ?

Chandler : En volaille, non mais en filles… non plus. (3.21)

 

Chandler : Pourquoi êtes-vous là ?

Marjory : Je parle pendant mon sommeil.

Chandler : Quelle coïncidence, moi j’écoute pendant mon sommeil.(4.20)

 

Si j’étais un garçon… (10.5)


30 juillet 2012

Saison 1

Lorsque l’on regarde cette première saison, on ne peut s’empêcher de constater à quel point elle a vieilli : l’image, tout d’abord, est différente (plus sombre ?) des saisons suivantes, certaines coiffures le sont également (Chandler n’aura par exemple jamais les cheveux aussi longs par la suite), et que dire des ustensiles utilisés ? Avez-vous vu ce magnifique téléphone sans fil de Monica, ou encore ce désuetissime ordinateur du premier bureau de Chandler ? Idem pour le « bip » de Ross. Niveau dialogues et personnages, tout n’est pas encore naturel : les conversations sont parfois un peu convenues (le lieu le plus insolite où ils ont fait l’amour…), et on sent que les personnages ne se connaissent pas encore vraiment. Ces derniers se résument à leurs caractéristiques principales : ils s’affineront au fil de la série, à l’image de Monica, un peu pâlotte dans cette saison.

Côté cœur, l’heure est plutôt à la légèreté et au flirt, si bien que les amourettes ne durent pas plus de deux ou trois épisodes, et nos personnages en ressortent le plus souvent sans trop de douleur, même si Monica et Rachel expérimentent avec difficulté le machisme et/ou le caractère manipulateur de leurs compagnons (Monica avec Paul, Rachel avec Paolo puis Barry). Mais la grande, la vraie histoire d’amour est bel et bien celle qui unit Ross et Rachel, et qui ne se concrétise jamais au cours de cette saison (si l’on excepte un smack de Rachel, certes plus amical qu’amoureux, dans la laverie). Ross est trop timide, trop implicite, et n’est de surcroît pas aidé par les événements et éléments extérieurs, qui ont une fâcheuse tendance à le couper dans son élan. Il faut au final une bourde de Chandler pour que Rachel comprenne les sentiments de Ross, une grosse maladresse qui va cependant avoir le mérite de faire bouger les choses… Toujours niveau sentiments, il faut également évoquer la complexe relation entre Chandler et Janice, faite de ruptures et de réconciliations, et de signes d’un destin qui semble s’acharner sur le malheureux. Une relation complexe, car il est difficile de savoir ce que pense réellement ce dernier de Janice. On serait tenté de penser qu’il la perçoit comme une fille hystérique, pas spécialement maligne ni franchement jolie, mais il faut bien reconnaître que ses sentiments à son égard sont ambigus. Est-ce réellement uniquement par désespoir qu’il se remet avec, ou parce que ses sentiments sont plus sincères que son attitude distante veut nous laisser croire ? Nous ne le saurons jamais. Côté travail, c’est une saison finalement assez représentative de l’ensemble de la série : Chandler et Ross sont déjà à l’abri, Joey et Phoebe ont un travail moins stable (notamment Joey, avec ses auditions, mais on se doute bien que Phoebe ne gagne pas non plus des mille et des cents avec ses massages). Monica travaille dans la cuisine, et Rachel est serveuse au Central Perk. Cette dernière est celle qui va le plus évoluer au gré des saisons, professionnellement parlant, même si Monica prendra également du galon dans son domaine. Sur le plan familial, cela bouge surtout côté Ross, qui divorce de Carol (celle-ci étant devenue lesbienne) et devient père d’un petit Ben, qui aura donc la particularité d’avoir un papa et deux mamans (Carol et sa compagne Susan). 

La première saison, malgré les défauts dont j’ai parlé plus haut, reste d’une belle qualité. Elle est certes quelque peu irrégulière (« Celui qui parle au ventre de sa femme », « Celui qui avait un cœur d’artichaut » et « Celui qui avait un singe » sont par exemple assez faibles à mes yeux), et a un côté un peu « brouillon » (ce qui est normal puisque c’est une première saison) mais regorge tout de même de bonnes idées (certains épisodes sont tout bonnement excellents, en particulier « Celui qui a du jus » et « Celui qui jouait au poker ») et se révèle très prometteuse, à l’image du cliffhanger qui nous met l’eau à la bouche : Rachel prend conscience de ses sentiments pour Ross et l’accueille à l’aéroport au retour de son voyage, mais celui-ci ne revient pas seul : le paléontologue semble avoir trouvé chaussure à son pied en Chine. On veut à tout prix en savoir plus sur l'heureuse élue, qui fait le malheur de Rachel...

 

Meilleurs épisodes (par ordre chronologique) :

Celui qui a un rôle (1.3)

Celui qui est verni (1.6)

Celui qui a du jus (1.7)

Celui qui était comme tous les autres (1.11)

Celui qui fait des descentes dans les douches (1.13)

Celui qui gagnait au poker (1.18)

Celui qui a perdu son singe (1.19)

1.5. Celui qui lave plus blanc (The one with the East German laundry detergent)


Un épisode de rupture et de découvertes. Chandler, survolté par le litre de café qu’il vient d’ingurgiter, doit annoncer sa rupture avec Janice (qui fait sa première apparition). Heureusement que son amie Phoebe, qui a un don en la matière, va lui prêter main forte… Rupture toujours : Joey, qui souhaite reconquérir Angela, organise un dîner à quatre avec sa « compagne » Monica (qui, est-il besoin de le repréciser, n’est que son amie) et Bob, le compagnon – au look ringard à souhait – d’Angela, que Joey fait passer pour le frère d’Angela (j’espère que vous avez vu l’épisode, sinon vous risquez de vous y perdre !). On s’étonnera, dans cette scène au restau, que le couple Angela-Bob ne pose aucune question sur le « couple » Joey-Monica. Sinon, Rachel découvre les joies de la lessive, bien épaulée par un Ross manifestement troublé par les sous-vêtements de l’élue de son cœur. Même si celle-ci va faire une légère fausse manœuvre, elle va pour la première fois de sa vie faire preuve de caractère face à une inconnue pas spécialement sympathique, et dans l’euphorie, embrasser Ross sur les lèvres, toujours plus troublé… Un épisode bien sympathique malgré l’apparition de Janice (personnage qui m’agace), rythmé et même émouvant, avec les passages Ross-Rachel.

Posté par Nico Friends à 22:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

1.14. Celui qui avait un cœur d’artichaut (The one with the candy hearts)


La saint-Valentin approche. Phoebe, Monica et Rachel ont décidé de la passer entre filles, et de brûler les affaires ayant appartenu à leurs ex. Manque de chance, elles causent un incendie… De son côté, Joey compte sortir avec une superbe créature, mais celle-ci a passé un pacte avec lui : elle n’accepte de sortir que si Joey amène un ami. Elle-même sera accompagnée d’une autre fille, qui serait « gentille et vulnérable ». L’ami sera bien entendu Chandler, et la fille… Janice, avec qui ce dernier termine la soirée. Il lui faut donc le lendemain de nouveau rompre avec elle… Ross sort de son côté avec une nouvelle voisine, mais il retrouve involontairement dans le même sushi-bar Carol et Susan. Un épisode en demi-teinte. La partie « filles » se laisse regarder, sans plus (les pompiers auraient pu apporter quelque chose, mais ils sont sous-exploités), Janice est toujours aussi exaspérante et l’intrigue Ross est également mollassonne. Vraiment pas le meilleur épisode de la saison.

Posté par Nico Friends à 22:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Saison 3

Le leitmotiv de cette belle saison est, sans surprise, la relation entre Ross et Rachel, qui n’est pas vraiment un long fleuve tranquille. Elle n’en est un que lors des premiers épisodes. Notre joli couple coule des jours heureux jusqu’à ce que Rachel trouve, grâce à un dénommé Mark, une place chez Bloomingdale’s. Ross devient vite jaloux de ce Mark, mais aussi de ce nouveau travail qui prend épisode après épisode de plus en plus de temps à Rachel. Ross, de surcroît envahissant, agace de plus en plus Rachel, qui lui annonce qu’il ne faut plus qu’ils se voient. Ross « trompe » (mais la trompe-t-il vraiment s’ils ne sont plus ensemble ?) alors Rachel avec Chloe, la fille de la photocopieuse, et c’est parti pour une explication mémorable dans le salon de Monica, avec pour témoins les quatre autres Friends, planqués dans la chambre voisine… S’ensuivent des disputes, provocations et rapprochements de nos deux Friends, jusqu’à un nouveau baiser lors du dernier épisode, alors que Ross sort avec Bonnie…  

Concernant les autres histoires d’amour, Monica flirte avec Julio, macho notoire, rempile temporairement avec Richard, avant d’avoir une relation sérieuse – mais finalement assez courte – avec Pete Becker, multimillionnaire tenace mais un poil mégalo. Notre ami Chandler, lui, sort avec Janice lors des premiers épisodes (c’était donc elle, la fille avec laquelle il chattait durant le dernier épisode de la saison précédente). Difficile de parler de sa relation, tant son comportement est « lunatique » : lui qui était tant agacé par cette fille lors de la première saison – ce qui ne l’empêchait pas de sortir avec – le voilà qui en semble amoureux. Son attitude vis-à-vis d’elle est difficilement sondable : il semble ne pas vouloir s’engager tout en montrant des signes sous-entendant qu’il cherche du sérieux. Mais il finit par rompre lorsqu’il apprend qu’elle a renoué avec son mari, et qu’elle ne veut pas avoir à choisir entre ce dernier et Chandler. Phoebe flirte de son côté avec légèreté, comme à son habitude. Elle a une brève relation avec un ambassadeur puis un exhibitionniste involontaire, avant, dans le dernier épisode, d’hésiter entre ses deux compagnons du moment. Joey montre pour sa part, une fois n’est pas coutume, de l’attachement envers Kate, une actrice de sa pièce de théâtre. Mais son « histoire » (si l’on peut parler d’histoire, tant Kate ne semble pas sérieuse) ne durera pas.

Ces histoires d’amour ont un intérêt inégal : celle entre Ross et Rachel est bien entendu la plus intéressante, car émouvante et fertile en rebondissements. Un pur régal ! Celle de Monica avec Pete est sympa, mais finalement un peu trop courte à mon goût. Le multimillionnaire, en éternel insatisfait, y est pour quelque chose : une fois qu’il a conquis l’amour, le voilà qui cherche à être champion d'ultime combat ! En revanche, sa nouvelle « histoire » avec Richard, survenue plus tôt dans la saison, se termine comme elle est venue : sans crier gare, et arrive au final un peu comme un cheveu dans la soupe (il n’y a même pas de vraie rupture !). L’histoire d’amour de Joey avec Kate m’a quant à elle paru franchement longuette. Je préfère voir Joey en bourreau des cœurs : le voir amoureux et « souffrant » ne correspond pas vraiment à sa personnalité, et, surtout, j’ai du mal à réellement m’intéresser à ses histoires car on sait très bien que celles-ci ne vont pas durer plus de deux ou trois épisodes. Mais l’histoire d’amour qui m’a le plus agacé est bel et bien celle de Chandler et Janice. Cette dernière est exaspérante, et franchement, mon vœu le plus cher était que notre ami rompe une bonne fois pour toutes avec. Les longs passages mettant en scène ce couple font perdre de l’intérêt aux premiers épisodes de la série, en particulier « Celui qui avait pris un coup sur la tête ».

Côté travail, c’est la routine pour Ross, Chandler et Phoebe. Joey, lui, a un rôle un peu plus intéressant que d’habitude avec sa pièce de théâtre – même si les scènes concernant cette intrigue ne sont pas franchement passionnantes, si l’on excepte le metteur en scène, plutôt cocasse. Monica se voit quant à elle proposer par Pete une place de chef mais on ne la voit pas aux fourneaux. C’est finalement Rachel qui connaît la plus grande évolution (ce qui va avoir des répercussions sur sa vie amoureuse) : elle trouve une place chez Bloomingdale’s, travail qui la satisfait autrement plus que le job de serveuse qu’elle faisait depuis deux saisons (et donc deux ans). On fait d’ailleurs connaissance avec sa patronne Joanna, dont les humiliations infligées à la pauvre Sophie sont savoureuses. Sur le plan familial, c’est Phoebe qui remporte la palme : elle fait plus ample connaissance avec Frank, son petit frère (avec lequel elle avait seulement échangé quelques mots la saison précédente), garçon un peu « space » et légèrement tourmenté par ses hormones, auquel elle va cependant s’attacher. Plus loin dans la saison, Frank va lui annoncer son envie de se marier, à 18 ans, avec sa prof, qui en a 44 ! Autre membre de la famille qui apparaît (dans le dernier épisode) : sa mère, qu’elle pensait être simplement une amie de celle-ci.

Il s’agit donc d’une saison qui ne manque pas de richesse et de nouveautés, et où l’on s’ennuie rarement, même si les premiers épisodes sont un peu plus faibles (du fait, comme je l’ai dit, de la relation Chandler-Janice). On trouve lors de cette saison des épisodes franchement monstrueux (« Celui qui se souvient », épisode flashback qui retrace le passé de nos Friends, un an avant la première saison, mais aussi la doublette « Celui qui vivait mal la rupture » et « Celui qui avait survécu au lendemain », passionnants, mêlant humour et émotion, notamment sur la relation Ross-Rachel, la fameuse « rupture » et la « tromperie »). On trouve également « Celui qui bricolait », sympa comme tout, notamment avec Joey bricoleur. Que dire de l’apparition du poussin, dans « Celui qui avait un poussin », qui suscite des crises de couple chez Joey et Chandler (un duo légèrement moins mis en avant que lors de la précédente saison) ? On apprécie également les apparitions hilarantes de Joey, qui, tantôt glouton, tantôt lent à la détente, tantôt bêta, a sa part belle tout au long de la saison.

Même les intrigues de Phoebe, un peu faiblardes dans la saison précédente, sont pour la plupart drôles et agréables à suivre. Le cliffhanger final, où l‘on voit Ross entrer dans une chambre (celle de Rachel ou de Bonnie ?) est également réussi, et on trouve en outre dans cette saison des épisodes un peu atypiques, aux allures d’exercices de style. Je pense évidemment à « Celui qui a du mal à se préparer » et à « Celui pour qui le foot c’est pas le pied ». Le premier se déroule uniquement dans le salon de Monica – si l’on excepte la conclusion. Ross a invité ses amis à une soirée, mais il est le seul à être prêt. Les cinq autres sont loin de l’être alors que l’heure tourne, et les rebondissements et gags s’enchaînent les uns après les autres. De même, la structure (unité de lieu et d’ « intrigue ») confère un aspect « théâtre de boulevard » original et amusant. Dans le deuxième épisode cité, nos amis jouent au football américain. Là encore, la plupart de l’action se déroule dans un lieu unique : un terrain (improvisé) de foot. Là aussi, il n’y a pas deux ou trois histoires, comme dans l’immense majorité des épisodes, mais une seule, uniquement centrée sur les parties de football. On ne s’ennuie jamais dans l’épisode, qui révèle même les caractères des personnages (en particulier Monica, plus compétitrice que jamais, qui est particulièrement drôle). Bien sûr, comme toutes les autres, cette troisième saison est un peu inégale, elle met un peu de temps à décoller et certaines intrigues entraînent moins que d’autres (le « truc » dans le dos de Ross, l'histoire entre Joey et Kate, celle entre Chandler et Joanna...), mais elle n'en demeure pas moins une belle saison dans l'ensemble, riche en moments forts.

 

Meilleurs épisodes (par ordre chronologique) :

Celui qui bricolait (3.5)

Celui qui se souvient (3.6)

Celui pour qui le foot c'est pas le pied (3.9)

Celui qui ne s'y retrouvait plus (3.11)

Celui qui vivait mal la rupture (3.15)

Celui qui a survécu au lendemain (3.16)

Celui qui allait à la plage (3.25)


3.1. Celui qui rêvait de la princesse Leia (The one with the Princess Leia fantasy)


Monica est totalement déprimée depuis sa rupture avec Richard. Phoebe ne parvient pas à la relaxer, au contraire de son père, qui lui apprend que Richard est également triste de son côté… Janice est de retour, et cette fois, Chandler semble vraiment attaché à elle, ce qui désole au plus haut point Joey. Chandler est déçu de la réaction de son meilleur ami. Janice également, qui décide pour arranger la situation de passer une « journée de folie » avec Joey... sans succès. Lorsque Rachel demande à Ross ses fantasmes, celui-ci lui parle de la Princesse Leia. C’est l’occasion pour lui d’apprendre que Rachel et ses amies proches se racontent absolument tout. Ross essaie de faire de même avec Chandler, qui, sans le vouloir va « foutre sa vie en l’air ». Un épisode assez moyen. Les passages avec Monica sont plus déprimants que drôles ou émouvants, ceux avec Chandler, Joey et Janice se laissent regarder, de même que l’histoire des fantasmes, mais au global, c’est assez mou et plutôt terne. Peut mieux faire !

Monica explique qu’elle a rompu avec Richard parce qu’ils se voyaient rarement et qu’il n’appelait pas assez. En réalité, la raison principale était qu’il n’avait pas envie d’avoir d’enfants.

Posté par Nico Friends à 17:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

3.4. Celui qui ne supportait pas les poupées (The one with the metaphorical tunnel)


Phoebe a oublié de prévenir Joey qu’il devait passer une audition. Elle décide de se faire pardonner en convainquant, sous une fausse identité, la productrice de laisser à Joey une seconde chance. Cela marche tellement bien que celui-ci demande à son amie de l’aider pour plusieurs autres auditions… Ross est déçu que son fils Ben joue à la poupée, il va tenter de le convertir à des jouets plus virils, comme les G.I. Joe… Chandler a peur de s’engager avec Janice, mais, encouragé par Rachel, Monica et Joey, il décide de prendre le taureau par les cornes en se montrant très attentionné à l’égard de sa douce. Trop, peut-être : il fait fuir Janice, intriguée. Monica et Rachel vont le réconforter et lui indiquer une nouvelle stratégie… Là encore, un épisode assez mitigé. Les passages (malheureusement trop courts) avec Ross, sont très amusants, ceux avec Phoebe sont également assez réussis, et on apprécie également la pub dans laquelle joue Joey (introduction). Mais l’intrigue Chandler-Janice est longue et inintéressante au possible, d’autant qu’on ne sait pas vraiment ce que Chandler pense d’elle, et qu’on ne s’attache aucunement à cette dernière (on en vient même à espérer qu’il la lourde une bonne fois pour toutes, la Janice).

Posté par Nico Friends à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

3.8. Celui qui avait pris un coup sur la tête (The one with the giant poking device)


Phoebe ne veut pas aller chez le dentiste : à chaque fois qu’elle s’y rend, une personne meurt dans son entourage. Elle finit par y aller et apprend avec soulagement que personne n’est décédé… jusqu’au moment où elle s’aperçoit que le Gros Tout-Nu d’en face ne donne plus signe de vie… Joey finit par dire à Chandler que Janice a renoué avec son ex-mari (c’était ça, le cliffhanger du précédent épisode). Chandler en parle à l'intéressée, mais celle-ci ne veut pas avoir à choisir entre les deux. Monica doit se charger, avec Rachel, de garder Ben. Seulement, en jouant à l’avion avec, elle le cogne contre une poutre. Là encore, un épisode inégal : l’intrigue Chandler-Janice est longuette en diable, et celle avec Ben est répétitive. L’intrigue Phoebe est heureusement plus prenante, qui se conclut par la « piqûre » du Gros Tout-Nu. Mais au global, c’est un épisode plutôt moyen.

Posté par Nico Friends à 16:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

4.15. Celui qui jouait au rugby (The one with all the rugby)


Janice is back ! Comme d’habitude, Chandler sort avec Janice, et comme d’habitude, il en a très vite assez. Il décide donc, pour s’en débarrasser, de lui annoncer qu’il est muté au Yémen, pour une durée indéterminée. Un subterfuge qu’il pense efficace, mais Janice décide malheureusement de l’accompagner à l’aéroport, et de rester jusqu’à ce que son avion décolle… Monica se demande à quoi sert l’interrupteur dans son nouvel appartement (l’ancien de Chandler et Joey). Elle va tenter toutes les expériences pour y parvenir. Des amis rugbymen rendent visite à Emily. Ross décide de se mettre à ce sport pour impressionner sa douce… Épisode agréable. L’intrigue Chandler débutait mal – le retour de Janice n’est jamais une bonne nouvelle – mais il faut bien reconnaître que cette fois-ci, c’est bien fichu. Le pauvre Chandler est obligé de jouer le jeu jusqu’au bout avec son histoire de Yémen. L’intrigue rugby est sympathique (bien qu’un peu prévisible) : on pense à ce magnifique sourire édenté d’un rugbyman (bien vu), à l’entrée dans la mêlée et à son concept de « Ross le Rouge », expliqué par Ross lui-même. Rien de transcendant, mais cette intrigue se laisse regarder. Celle de Monica est agréable, mais un peu répétitive. Bref, c’est un épisode sympathique, à défaut d’être inoubliable.

Posté par Nico Friends à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

5.12. Celui qui riait différemment (The one with Chandler's work laugh)


Ross, apprenant qu’Emily va se remarier, est encore plus déprimé que d’habitude. Il sort un soir et rencontre Janice : il lui découvre des qualités qui lui avaient échappé jusqu’alors. Chandler invite Monica dans un cocktail pour son boulot, et son patron l’apprécie beaucoup. Mais Monica se rend compte que le Chandler du travail n’est pas vraiment le même que celui qu’elle connaît : son attitude, en particulier son rire, n’est pas la même. Rachel, qui est au courant de la relation entre Chandler et Monica, essaie de tirer les vers du nez à celle-ci. Épisode sympa, sans plus. Janice est toujours aussi exaspérante, et sa relation avec Ross est assez invraisemblable – il tombe de plus en plus bas, notre pauvre paléontologue. L’intrigue Chandler-Monica n’est pas très passionnante, même si elle se laisse regarder. Et celle où Rachel titille Monica est agréable, sans être transcendante. Pas de quoi fouetter un chat, donc, mais ce n’est pas non plus mauvais, car on trouve de petits détails assez savoureux, comme la course des volatiles, commandée par Joey et Phoebe.

Posté par Nico Friends à 10:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,