15 août 2012

Phoebe Buffay

Phoebe Buffay est un peu l’artiste de la bande. Elle aime pousser la chansonnette en complément de son activité de masseuse, mais tout comme le barde Assurancetourix dans un village gaulois que nous connaissons bien, son talent n’est pas toujours perçu à sa juste valeur. Si elle savait, elle qui se croit adulée de tous ! C’est un personnage un peu « hippie » et bourré de principes : elle est végétarienne, contre les grandes enseignes comme Mobilier moderne et les grandes chaînes de salon de massage. Mais il peut cependant arriver qu’elle transgresse ces grands principes de temps à autre (en mangeant de la viande ou en mettant un manteau de fourrure, par exemple). C’est clairement le personnage de la bande qui a le plus de problèmes sur le plan familial. Elle ne connaît pas ses parents durant les premières saisons (et sa mère adoptive s’est suicidée quand elle était enfant) et s’entend très mal avec sa sœur jumelle, Ursula. Elle a également le passé le plus chargé et mouvementé : on apprend pêle-mêle qu’elle n’a plus de passeport, qu’elle a poignardé un flic – mais c’est lui qui a commencé –, a vécu dans la rue à 14 ans et est même passée sous la torture ! Elle connaît en ce sens plus « la vie » que les autres, mais fait parallèlement preuve d’une grande naïveté (elle croit encore au Père Noël !) : allez comprendre Phoebe Buffay ! Elle aime en tout cas se servir de son passé douloureux pour se victimiser et se faire pardonner ou cajoler, même si cela ne marche pas toujours.

Phoebe est probablement le personnage le plus à l’écart de la bande. Elle n’a aucun lien de parenté avec les cinq autres (contrairement à Ross et Monica), ni de lien amoureux (au contraire de Ross et Rachel, Chandler et Monica, et Joey et Rachel), et est même relativement à part sur le plan amical, où elle est en quelque sorte le pendant au féminin de Ross, un peu en retrait par rapport à la complicité entre Joey et Chandler. Phoebe a bien la particularité d’avoir été « avant la série » colocataire avec Monica (à l’époque de l’épisode « Celui qui se souvient »), mais il n’y est à vrai dire presque jamais fait référence, excepté dans l’épisode 10.3. Et pour ne rien arranger, elle habite la plupart du temps seule. On trouve de même quelques références à sa complicité avec Joey, mais ce sont plutôt des allusions (comme leur dîner, dans l’épisode 7.11). Autant dire que Phoebe est le plus souvent abonnée aux intrigues secondaires divertissantes mais rarement captivantes. Et il en va de même sur le plan amoureux : jusqu’à la neuvième saison, elle n’aura connu que des flirts, dont les principaux se nomment David, le scientifique qui va à Minsk, et Gary, un flic avec lequel elle habite furtivement. Deux histoires « sérieuses » qui ne durent que quelques épisodes… Sur le plan professionnel, Phoebe fait des massages, mais on la voit si peu à l’œuvre que l’on ne sait jamais si elle travaille ou si elle est au chômage. Son travail n’étant pas spécialement passionnant, et l’évolution du personnage dans ce domaine se révélant inexistante, on a également du mal à trouver de réel intérêt à sa profession.

Phoebe n’a à l’arrivée que trois intrigues principales dans toute la série.

-      Lorsqu’elle porte les enfants de son frère Frank Jr (les passages où on la voit enceinte sont d’ailleurs particulièrement savoureux).

-      La deuxième, qui fonctionne en pointillés, est la recherche de sa famille. Elle retrouve son frère Frank (qui va lui demander de porter ses enfants), sa mère biologique puis son père.

-      La troisième intrigue est évidemment sa rencontre avec Mike, qui aboutit à un mariage. Une plutôt belle rencontre (même si le personnage de Mike n’est pas non plus inoubliable) qui se fait d’ailleurs totalement par hasard : Phoebe organise un repas un quatre, où elle s’engage à présenter une fille à Joey si celui-ci lui présente un garçon. Joey, ayant complètement oublié le deal, « hèle » au Central Perk le « Mike » qu’il lui a promis. Et c’est le début d’une belle histoire, malgré une première accroche plutôt chaotique, puisque Phoebe se rend évidemment compte que Joey ne connaît rien de Mike.

Phoebe est un personnage décalé et farfelu (ses réflexions sont pour le moins déroutantes !), mais aussi irrationnel, voire « mystique » : elle voit ainsi en un chat errant l’incarnation de sa mère, et pense que l’esprit d’une de ses clientes récemment décédée a « voyagé » en elle. Elle est également généreuse, enthousiaste, libérée (y compris sur le plan sexuel) et ouverte d’esprit. Elle cultive en outre son jardin secret et se révèle ainsi parfois cachottière : on apprend par exemple qu’elle s’est mariée deux fois avant d’épouser Mike : une première avec Duncan, un danseur homosexuel qui avait besoin d’une carte verte, et une seconde à Las Vegas (ce passage est seulement évoqué dans l’épisode 6.1). Ross n’est donc pas le seul à s’être marié à trois reprises !

Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas un grand fan de Phoebe. C’est à mes yeux le personnage le moins marquant et le plus « dispensable » des six. Outre le fait, comme je l’ai dit, que ses intrigues sont souvent secondaires, ses chansons sont un peu lourdes : elle se croit bonne chanteuse et musicienne, et ses textes se veulent humoristiques, mais pourquoi avoir autant mis l’accent sur ce point ? C’est parfois drôle, comme dans « Celui qui retrouve son singe » (lorsqu’elle est surnommée par les enfants « la fille qui dit la vérité »), mais à la longue, que c’est répétitif ! On se demande bien pourquoi le « son » de Ross ne prend qu’un seul épisode, quand les chansons de Phoebe sont présentes sur dix saisons. Ne soyons toutefois pas injustes : il peut arriver à Phoebe d’être drôle, comme dans les épisodes Celui qui emménage (5.7), Celui qui achetait la bague (6.23), ou encore lorsqu'elle est enceinte. Et puis Phoebe a un mérite qu’on ne peut lui enlever : elle ne laisse aucun spectateur indifférent. C’est un personnage auquel on accroche… ou non. Un peu comme la comédienne Lisa Kudrow. Et là encore, je dois dire que je ne suis pas conquis. Je trouve son jeu assez limité, et parfois même franchement mauvais, notamment dans les épisodes Celui qui avait viré de bord (2.4) et Celui qui avait la technique du câlin (3.3), où elle gesticule de façon exaspérante. Pour moi, c’est clairement la moins bonne actrice des six, ce qui explique au moins en partie pourquoi j’ai tant de mal avec le personnage…

Ce que les scénaristes auraient pu améliorer chez elle : il aurait fallu plus d’intrigues principales autour d’elle. Ses chansons à la guitare sont trop nombreuses, et j’aurais souhaité plus de détails et d’anecdotes sur sa cohabitation passée avec Monica (quasiment aucune anecdote à ce sujet de toute la série). Il aurait enfin été préférable que Phoebe ait des relations – amicales ou même amoureuses – plus poussées avec les autres Friends, pour qu’elle soit un peu moins à l’écart.

 

Quelques-unes de ses meilleures répliques :

Si j’avais chanté pour le fric, je serais multimillionnaire, à l’heure qu’il est. (3.14)

 

Phoebe : Je n’arrive toujours pas à croire que tu sois fiancé.

Ross : Ah bon, pourquoi ?

Phoebe : Parce que tout ça est arrivé tellement vite, pas parce que t’es un nul et un raté. (4.20)

 

Phoebe à Ross : Tu aimes tellement le divorce que tu vas finir par l’épouser un jour, et comme ça ne marchera pas, tu divorceras de ton divorce. (6.1)

 

Il me traite comme une reine, sauf la nuit, où il me considère comme la chienne que je suis. (8.18)

 

Phoebe : Tu sens vraiment la cigarette.

Chandler : Tu crois que Monica va s’en apercevoir ?

Phoebe : Attends, tu rigoles, ta femme a le nez d’une meute de bull terriers… et la poitrine d’une déesse grecque. (9.5)


28 juillet 2012

Saison 9


Cette avant-dernière saison interpelle d’abord par le changement de la moitié des voix principales en version française. Même si je suis plutôt adepte de la VF (n’en déplaise aux intégristes de la VO qui considèrent la version doublée comme le mal incarné), je dois reconnaître que les nouvelles voix sont d’une grande faiblesse. Celle de Chandler est particulièrement décevante, d’autant plus qu’Emmanuel Curtil, le prédécesseur, était très talentueux, et que cette voix est on ne peut plus importante pour un vanneur invétéré comme Chandler. Avec cette nouvelle voix, ses blagues tombent à plat et c’est fort dommage. La voix de Rachel n’est pas franchement meilleure, elle est assez plate et sans réelle personnalité. Bof. Il n’y a que la voix de Joey qui soit à peu près dans le même esprit que la précédente. Bref, tout cela pour dire que j’ai dû regarder cette saison en version originale. Bien sûr, regarder Friends en VO n’est pas non plus un calvaire, mais je ne m’habituerai probablement jamais à la voix geignarde et nasillarde de Jennifer Aniston, ni à celle de Matthew Perry, moins expressive que celle de Curtil. Par ailleurs, les anti-VF critiquent souvent les rires enregistrés qui y apparaissent, mais ce n’est pas vraiment mieux en VO. Le « vrai » public s’esclaffe à chacune des répliques des personnages, même si elle n’est pas drôle !

Mais le principal ne réside de toute façon pas là mais bien dans les épisodes proprement dits, et il faut bien reconnaître que cette saison est probablement la moins bonne de toute la série. Elle tourne globalement en rond et présente moins de fraîcheur et de nouveauté que les précédentes. On y trouve certes des choses nouvelles, comme la petite Emma qui bouleverse le quotidien de Ross et plus encore de Rachel, mais également Mike, la première relation sérieuse de Phoebe, ou encore les problèmes de travail et de couple de Chandler et Monica. Mais à vrai dire, tout cela ne paraît pas parfaitement exploité. La naissance d’Emma semble un poids pour Ross et Rachel, ou du moins pour le spectateur. Ces personnages ne sont désormais plus libres de leurs mouvements et doivent sans cesse être présents pour la garder. C’était plus simple avec Ben, puisque celui-ci était gardé par Carol, que l’on voyait rarement. Ici, Emma est donc quasi-omniprésente, et les intrigues autour des nounous, de la garde, etc. ne sont franchement pas très passionnantes. Autre remarque : Rachel semble bien plus investie que Ross concernant sa fille. On en oublierait presque que c’est lui le père !

Même avis mitigé pour Phoebe. D’un côté, on est content que ce personnage abonné aux amours éphémères et aux intrigues secondaires ait enfin une histoire de premier plan (c’est fou, mais sur les huit premières saisons, ce personnage n’a eu droit qu’à une seule vraie intrigue : lorsqu’elle a été enceinte des triplés ; on pourrait également évoquer la quête de ses racines, mais l’intrigue n’est pas condensée, plutôt disséminée). Je n’ai rien non plus contre Mike, personnage plutôt sympathique, qui est en outre à l’origine de plusieurs épisodes savoureux (la première rencontre à quatre au restaurant, ou encore ce savoureux tête-à-tête avec Ross), mais on se demande finalement pourquoi lui plutôt qu’un autre. À vrai dire, Mike manque un peu de personnalité : on ne sait au final pas grand-chose de lui, et on ne s’y attache pas complètement. Et on a tout de même du mal à comprendre que Phoebe la déjantée puisse avoir un coup de foudre pour un personnage aussi « ordinaire ». Et il faut aussi reconnaître que Phoebe est parfois méconnaissable dans cette saison, en particulier lorsqu’elle évoque sa passion pour le mariage, dont elle n’avait jamais parlé auparavant.

Concernant Chandler, son passage-éclair à Tulsa n’apporte finalement pas grand-chose, si ce n’est que cette situation est à l’origine de sa démission, qui rend la vie de son couple bien plus difficile. En pleine reconversion, Chandler est même obligé d’accepter un stage non rémunéré dans la publicité, ce qui portera finalement ses fruits, puisqu’il sera engagé à son terme pour un poste de rédacteur junior. Nouvelle qui nous réjouit à double titre : la situation économique du couple, qui commençait à devenir critique, va enfin s’améliorer, et Chandler fait enfin un métier qui l’intéresse. Il y a également ses problèmes biologiques : nous apprenons à la fin de la saison que notre couple est « incompatible » et donc stérile, et a pour unique solution l’adoption. Cette intrigue propose certes quelques moments émouvants (à la fin de la saison), mais les nombreuses allusions, durant toute la saison, à la procréation sont à la longue un peu répétitives.

Un autre défaut repose sur les intrigues sentimentales un peu ennuyeuses, en particulier entre Joey et Rachel. Joey en était éperdument épris lors de la saison précédente : c’est au tour de Rachel d’éprouver ces sentiments, dont elle prend conscience vers les trois quarts de la saison. On remarque que les scénaristes ont fait durer le plus possible cette intrigue : il faut que chacun des deux personnages prenne conscience de ses sentiments envers l’autre, et qu’ils finissent par l’avouer. Cela n’a l’air de rien, mais ça prend tout de même une saison et demie. Pour Ross et Rachel, cela passait car le couple était attachant. Mais c’est beaucoup moins vrai de Joey et Rachel, qui n’ont pas grand-chose en commun. Nos deux tourtereaux finissent quoi qu’il en soit par s’embrasser à la toute fin de la saison, pour ce qui constitue probablement l’un des cliffhangers les moins réussis de la série – car prévisible et peu enthousiasmant.

Il y a également quelque chose de moins Friends dans cette saison. Les intrigues sentimentales, notamment avec le carré amoureux Joey-Charlie-Rachel-Ross, rappellent plutôt Les feux de l’amour. Et plus généralement, quelque chose a clairement disparu lors de cette saison. Lors des précédentes, même les moins bonnes, comme la 6 ou la 7, même dans les épisodes les moins aboutis, l’ensemble se regardait malgré tout avec un certain plaisir, et ce n’est pas ici le cas, du moins pas dans certains épisodes, diablement lents, longs (certains font 30 minutes !) et reposant sur du déjà-vu. Le rat de Phoebe rappelle la souillon qu’a fréquentée Ross il y a quelques saisons, l’attitude de Chandler et Ross à l’hôtel évoque le côté pique-assiette de ce dernier esquissé dans l’épisode 8.2, et l’on retrouve toujours les mêmes ingrédients, comme certains rapprochements entre Ross et Rachel, les chansons de Phoebe (devant le resto de Monica), avec les disputes et réconciliations qui en découlent, Joey qui aime manger et qui comprend de moins en moins, Ross qui ne sait pas draguer, un nouveau retour de David... En parlant de ce dernier, la double demande en mariage finale ressemble à celle de Richard et Chandler, il y a quelques saisons. Comme un symbole, la doublette finale, traditionnellement garante d’une grande qualité, est ici faiblarde. Elle est prévisible, trop « Feux de l’amour » et manque singulièrement de rythme et de rebondissements.

Et outre cet aspect peu novateur et ce manque d'inspiration, il y a pire encore : l’humour pipi-caca se fait de plus en plus présent, entre la fille bizarre que rencontre Ross, qui va aux toilettes toutes les deux minutes, Phoebe qui vomit pendant un repas, Chandler qui dit s’être fait dessus, ou l’ex de Mike qui a déféqué sur son… (il ne termine pas sa phrase), cela devient franchement lourdingue. Où diable est passée la subtilité d’antan ? Pour ne rien arranger, certains personnages sont assez mal exploités. Gavin, le remplaçant de Rachel, aurait probablement pu apporter bien plus. Ce personnage, que Rachel embrasse furtivement une soirée, semblait, malgré un machisme assez prononcé, par ailleurs assez subtil, et ses blagues étaient plus amusantes que celles de Chandler, qui s’essouffle d’ailleurs un peu avec le temps. Le fait qu’il était capable de tenir tête à Rachel était également intéressant. Bref, il aurait sans doute pu apporter un peu plus, que ce soit dans la sphère privée (en ayant une relation avec Rachel) ou professionnelle (son côté « rival » aurait pu apporter un peu de piment et de suspense). 

Heureusement, on trouve tout de même de bons épisodes, comme « Celui qui était vexé », l’épisode de Thanksgiving, où Christina Applegate, en sœur pourrie-gâtée de Rachel, fait une apparition remarquée, ou encore « Celui qui allait chez le pédiatre », où l’on trouve notamment la première rencontre entre Mike (trouvé par hasard par Joey !) et Phoebe. De même pour « Celui qui n’osait pas dire la vérité » où Chandler fait semblant de rester à Tulsa alors qu’il est avec Monica, et où l’on assiste au tête-à-tête Mike-Ross. Pas mal aussi, l’apparition de Jeff Goldblum dans « Celui qui se faisait agresser ». Tout n’est donc pas négatif, mais cette neuvième saison n'en demeure pas moins la moins bonne saison de Friends. Et la seule à être par moments déplaisante.

 

Meilleurs épisodes (par ordre chronologique) :

Celui qui allait chez le pédiatre (9.3)

Celui qui était vexé (9.8)

Celui qui n'osait pas dire la vérité (9.9)

Posté par Nico Friends à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

9.3. Celui qui allait chez le pédiatre (The one with the pediatrician)


Chandler annonce aux autres qu’il va à Tulsa avec Monica. Mais celle-ci a une opportunité professionnelle intéressante à New York. Elle doit donc rester. Phoebe propose à Joey de lui faire rencontrer une fille s’il fait de même en lui présentant un garçon. Mais Joey oublie complètement et, dans la mesure où il n’a aucune connaissance masculine (il n’y a que des filles dans son carnet d’adresses !), il trouve par hasard au Central Perk le « Mike » qu’il lui a promis… Ross dit à Rachel que le pédopsychiatre M. Gettleman est mort. Rachel apprend vite que c’est faux : Ross a menti car il continue de le consulter. Bon épisode, drôle et bien rythmé. Le repas à quatre avec Phoebe, Joey, Mike et la fille sexy dont Joey ne connaît pas le nom est très amusant. Joey et Mike sont supposés être des amis de longue date, mais ils ne se sont pas apparemment pas assez briefés… Les passages où Joey demande à la fille de boire son cocktail à chaque fois qu’elle pose une question sur son amitié avec Mike sont également savoureux ! Et le fait que Mike retrouve Phoebe au Central Perk après cette soirée pour le moins ratée annonce qu’il peut se passer quelque chose de sérieux entre eux… La partie Monica-Chandler n’est pas mal non plus, avec la fin, assez touchante, où Monica donne son échelle de valeur concernant son nouveau travail et Chandler. Quant à la partie Ross, elle est également amusante – la partie où il drague la mère célibataire chez le pédiatre est très drôle. Bref, épisode abouti et réussi.  

Dedee Pfeiffer, qui joue le rôle de Mary Ellen (la fille du rendez-vous à quatre) serait la sœur de Michelle Pfeiffer.

9.4. Celui qui regardait des requins (The one with the sharks)


Ross dit à Phoebe qu’il admire sa capacité à ne vivre que de flirts, ce qui fait prendre conscience à celle-ci qu’elle n’a jamais connu de relation sérieuse. Phoebe est donc bouleversée lors de son rendez-vous avec Mike. Pour arranger (?) les choses, Ross ment à Mike en inventant une histoire sérieuse que Phoebe aurait eue avec un certain Vikram. Phoebe dit finalement la vérité à Mike, et ils finissent par « conclure ». Chandler reste à Tulsa pour le weekend. Monica décide de lui faire une visite surprise et arrive au moment même où il est en train de se palucher devant un porno. Il a juste le temps de mettre une autre chaîne au hasard, en l’occurrence la documentaire. Monica pense que les requins le font fantasmer… Joey rencontre une fille, va chez elle, et reconnaît son appartement. Il est convaincu d’avoir couché avec elle, mais ne s’en souvient pourtant pas et elle non plus. Épisode pas désagréable, mais vraiment pas inoubliable non plus. La partie Phoebe flirte parfois avec la mièvrerie, mais les interventions de Ross, qui complique les choses en voulant tout arranger, sont savoureuses (le message téléphonique à la fin !). Pas mal aussi, la conclusion où Phoebe cherche en vain à culpabiliser Joey sur son rapport aux filles. L’intrigue Chandler-Monica est elle bien moins réussie. Ce n’est pas très drôle et franchement pas crédible : Monica devrait se douter qu’il a changé de chaîne au dernier moment. La partie Joey n’est pas passionnante non plus (hormis le premier contact, avec les réactions de Gunther). Ce n’est là non plus pas très crédible : Joey devrait se douter qu’il est sorti avec une autre fille, qui a par exemple vécu avant elle (pour prendre un autre cas de figure que celui de la « chute »). Bref, un épisode qui propose quelques bons passages, mais qui est tout de même inégal et assez bavard.

Phoebe : Mike passe me prendre pour dîner.

Ross : Justement, comment ça va, avec lui, est-ce que ça devient sérieux ?

Phoebe : Je n’en sais rien encore, cela dit je dois avouer que je l’aime bien. Mais je ne sais pas encore si je suis prête à retirer définitivement mon corps de rêve du marché.

Posté par Nico Friends à 17:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

9.7. Celui qui faisait rire sa fille (The one with Ross's inappropriate song)


Ross fait rire son bébé en chantant « j’aime les grosses fesses ». Rachel est scandalisée, du moins au début… Richard vend son appartement. Chandler et Joey le visitent et y trouvent une cassette vidéo où il est inscrit Monica… Mike présente Phoebe à ses parents mondains. Elle essaie de prendre un accent snob, mais Mike la rassure en lui conseillant d’être naturelle. Malheureusement, Phoebe l’est peut-être un peu trop… Épisode assez moyen. Les passages sur la chanson de rap sont répétitifs, et l’intrigue autour de la cassette vidéo est plutôt ennuyeuse et mal exploitée. Celle avec Phoebe n’est pas franchement plus prenante, on est quand même un peu gêné pour elle, et certains gags sont très lourds (lorsqu’elle vomit…). Bref, un ensemble pas vraiment désagréable, mais plutôt poussif. Dur de penser que les fans de la série ont élu cet épisode 3e meilleur de la saison…

Posté par Nico Friends à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


9.9. Celui qui n’osait pas dire la vérité (The one with Rachel's phone number)

Joey invite Chandler à voir un match de basket, mais celui-ci doit passer sa seule soirée new-yorkaise de la semaine avec Monica. Il s’ensuit moult quiproquos et rebondissements… Pendant que Rachel et Phoebe passent la soirée dans un bar, Ross décide de garder Emma, et en profite pour inviter Mike afin de faire connaissance avec lui. Mauvaise idée… Ross va également montrer qu’il est possessif à propos de Rachel… Très bon épisode, drôle et bien rythmé (deux de suite, ça fait un plaisir fou). La partie Mike-Ross est énorme : ils n’ont strictement rien à se dire, et il en résulte des blancs à n’en pas finir. On n’éprouve pour autant aucun ennui : loin de là, on se régale et on souffre pour eux, surtout pour Ross, lorsque Mike finit par revenir pour intercepter le coup de téléphone du type qu’a rencontré Rachel. La partie Joey-Chandler est également réussie, on trouve de très bonnes choses, comme le mini-sketch « mal joué » de Chandler et Monica (avec la mini-claque de cette dernière), ou cette astucieuse réplique sur le décalage horaire (absurde, certes, mais il faut quand même y penser !). La partie Phoebe-Rachel est également agréable à suivre, et permet notamment de montrer (s’il en est encore besoin) les sentiments que Ross éprouve encore à l’égard de Rachel. Bref, une belle réussite que cet épisode.

9.13. Celui qui se faisait épiler (The one where Monica sings)


Joey se fait épiler les sourcils. Rachel ne va pas au travail pour éviter Gavin, qu’elle a embrassé le soir précédent. Elle se déclare malade, mais lorsque Gavin lui rend visite, elle finit par lui avouer qu’il s’agissait, comme il l’avait soupçonné, d’un stratagème d’évitement. Ross, qui a assisté au baiser entre Rachel et Gavin, essaie de son côté de draguer des filles mais n’y parvient pas. Il n’arrive à séduire qu’une fille un peu paumée. Rachel, qui a compris le manège de Ross, et appris qu’il ne lui avait pas parlé du numéro du type du bar d’il y a quelques épisodes, comprend qu’elle ne peut plus continuer à vivre avec lui, et finit par revenir chez Joey. Monica chante dans une soirée karaoké avec Mike comme pianiste, mais l’éclairage fait qu’on voit sa poitrine... Épisode sans grand intérêt (29 minutes, pour ne rien arranger !). Tout y est un peu poussif : Joey qui se fait épiler, Monica qui chante (quelle longueur, cette scène !) sans parler des énièmes déboires de Ross en matière de drague. La partie avec la fille que celui-ci arrive à dégotter n’est pas franchement drôle non plus : l’humour est pipi-caca, Ross n’est pas super sympa sur ce coup, et la fille passe vraiment pour une paumée. Bref, épisode long, poussif et sans grand intérêt.

Posté par Nico Friends à 17:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

9.16. Celui qui prêtait de l’argent (The one with the boob job)


Mike et Phoebe comptent vivre ensemble, mais ils reviennent sur leur décision, et rompent, quand ils se rendent compte qu’ils n’ont pas le même point de vue concernant le mariage : Phoebe y accorde beaucoup d’importance alors que Mike ne veut pas en entendre parler. Monica demande de l’argent à Joey sans en parler à Chandler. Celui-ci emprunte également à Joey, et s’aperçoit qu’il a déjà donné à Monica. Joey explique qu’elle souhaitait de l’argent pour des implants mammaires. Rachel fait installer un système de protection pour Emma. Épisode assez faible. L’intrigue Mike-Phoebe est diablement longuette et bavarde, pas tellement crédible (depuis quand Phoebe ne jure-t-elle que par le mariage ?), et même un peu guimauve. Même constat pour l’intrigue Chandler : on ne croit pas une seule seconde que celui-ci puisse croire le bobard de Joey sur les implants mammaires de Monica (surtout en période de vache maigre comme c’est ici le cas). Chandler n’est pas Joey, tout de même ! Bon, le passage où ce dernier s’auto-congratule de la rapidité avec laquelle il balance des bobards est tout de même assez drôle. Quant à la partie Rachel, elle n’est pas géniale non plus. Il y a bien quelques bonnes répliques et situations (quand Joey ne peut rien ouvrir), mais c’est tout de même assez long, et pas franchement à se rouler par terre non plus. Bref, un épisode qui fonctionne par à-coups, mais qui est globalement assez faible.

Posté par Nico Friends à 17:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

9.23. Celui qui allait à la Barbade, 1re partie (The one in Barbados, part 1)


David, apprenant que Mike et Phoebe ont rompu parce que Mike était contre le mariage, projette de demander la main de Phoebe à la Barbade, à l’occasion du congrès de Ross. Monica s’en mêle et demande à Mike de venir : celui-ci débarque au moment où David est sur le point de faire sa demande. Mike demande sa main, mais Phoebe répond par la négative, ce qui ne les empêche pas de se remettre ensemble. Ross a perdu tout le contenu de son intervention pour le congrès, mais il va grâce à l’aide de Charlie pouvoir en refaire un. Cela les rapproche… Joey et Rachel semblent également se rapprocher… Épisode sympa, mais sans plus. À vrai dire, ce n’est pas tellement drôle (les cheveux de Monica) et un peu déjà vu, notamment en ce qui concerne la demande en mariage : cela ne vous rappelle pas Richard qui a fait sa demande au moment où Chandler comptait la faire ? Et puis Rachel qui est interrompue au moment où elle est sur le point de déclarer ses sentiments pour Joey, combien de fois a-t-on vu ce type de situations dans la série ? Ce n’est pas désagréable à suivre non plus, c’est même un épisode correct, mais pas de quoi sauter au plafond.

Joey : « Vous n’avez pas la télé ? Vers quoi sont dirigés vos meubles ? »

Posté par Nico Friends à 17:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10.1. Celui qui n’arrivait pas à se confier (The one after Joey and Rachel kiss)


Phoebe, Monica et Chandler entendent dans la chambre voisine Ross et Charlie s’embrasser… puis dans l’autre chambre voisine Joey et Rachel faire de même. Joey puis Rachel, avant d’aller plus loin, essaient d’en parler à Ross, mais celui-ci finit par le découvrir de lui-même… Mike annonce à Phoebe qu’il a une petite amie, nommée Precious, et qu’il doit la voir pour rompre. La fille en question vient le voir chez lui… et tombe sur Phoebe. La coiffure de Monica refroidit les ardeurs de Chandler. Elle se fait des tresses, mais ce n’est pas tellement mieux… Épisode assez sympa, mais quand même un poil répétitif. La première scène, où on voit les amis écouter aux murs, est tout de même assez drôle. Idem pour la scène de l’avion, où Ross parle à Joey de sa relation avec Charlie, et où celui-ci préfère ne rien dire sur sa relation avec Rachel car il est bien parti pour devenir, au détriment de Chandler, le meilleur ami de Ross. Cette idée de « compétition » pour devenir le meilleur ami de Ross est drôle. Pas mal aussi, Joey qui pense faire le « nonchalant ». Bon, c’est parfois un peu prévisible (Ross qui voit que son sac est inondé au moment où Rachel est sur le point de lui parler de sa relation avec Joey) et un peu long (28 minutes, d’autant que la partie avec Precious est de surcroît un peu longuette), mais l’ensemble se laisse tout de même regarder.