17 août 2012

Monica Geller


Monica Geller est la sœur de Ross. Ses rapports avec ses parents sont bien plus difficiles que ceux de son frère, qui est resté leur chouchou. Monica est en effet considérée (en particulier par sa mère) comme une vieille fille, une quasi-ratée, quand Ross est perçu comme une « merveille de la médecine ». Cette injustice inspire à Monica cette phrase culte : « Je sais qu’on ne peut pas changer de parents, mais si je pouvais, je voudrais les tiens », mais ne l'empêche cependant pas de s'entendre avec son frère. Sur le plan amical, Monica est plus proche de Rachel, son ancienne copine du lycée, avec laquelle elle est longtemps colocataire, mais elle est également complice avec Phoebe, avec qui elle a aussi partagé son appartement durant la période se situant avant les premiers épisodes (même s’il est dommage qu’il n’y ait pas davantage d’anecdotes par rapport à leur passé commun).

Monica a une personnalité parfois difficile à gérer pour ses amis, ainsi que ses compagnons : elle est maniaque et despotique, en plus d’avoir un esprit de compétition très développé. Elle a également une grande envie d’engagement, ainsi qu’une véritable boulimie d’enfants, au point de penser durant une période de désarroi amoureux (post-Richard) à se rendre dans une banque du sperme. Monica a en outre une grande passion pour la cuisine, et rêve de tenir un restaurant. Mais le chemin est difficile. Elle multiplie les petites missions et les expériences pour le moins laborieuses (souvenez-vous par exemple du « Mocola »), avant de trouver, dans la quatrième saison, une place de chef après avoir convaincu un propriétaire de restaurant mécontent de sa critique gastronomique. Même si ses débuts sont un peu difficiles (plusieurs assistants étant de la même famille que l’ancien chef remplacé par Monica), elle réalise donc son rêve de devenir chef, au restaurant L’Alessandro’s, avant d’occuper la même fonction dans un restaurant de plus grande envergure.

Sur le plan amoureux, Monica est longtemps malheureuse. Elle tombe sur Paul le sommelier, un manipulateur, sur un jeunot de 17 ans, puis Bob le Marrant, qui porte moins bien son surnom lorsqu’il arrête de boire, avant de rencontrer un homme qui va profondément la marquer : Richard Burke, un ami… de ses parents, qui est également son ancien ophtalmo. La relation se porte à merveille malgré la grande différence d’âge, jusqu’à ce que le thème des enfants soit évoqué. Richard n’en veut pas d’autres (il en a eu deux avec son ex-femme Barbara) quand Monica en souhaite de tout son cœur. Cette divergence va amener une rupture entre eux. Monica rencontre par la suite Pete Becker, un milliardaire fou d’elle qui finit par la séduire, mais dont l'obsession soudaine de devenir champion d’ultime combat lasse Monica. Elle connaîtra par la suite quelques flirts (comme Chip Matthews, l’ancien play-boy du lycée) avant de trouver à Londres, pour le mariage de son frère Ross, l’homme de sa vie en la personne de Chandler. Inattendu ! Le couple est contre toute attente une vraie réussite (qui aurait cru que Monica vivrait une vraie histoire avec un phobique de l’engagement comme Chandler ?). Ils cachent leur relation aux autres Friends (ce qui va amener des situations fort savoureuses), qui finissent, de Joey à Ross en passant par Rachel et Phoebe, par la découvrir.

Même si Monica est parfois agacée de l’immaturité de Chandler, et fatiguée de jouer les « profs de relation amoureuse », le couple fonctionne et Chandler surmonte peu à peu ses peurs. La sixième saison marque ainsi une réelle évolution dans leur relation : Chandler emménage chez Monica dès les premiers épisodes avant de la demander en mariage de manière très émouvante en fin de saison. Le mariage proprement dit se fait à la fin de la saison suivante. Prochaine étape : les enfants, mais le couple finit par apprendre qu’il est stérile et n'a d'autre choix que de recourir à l'adoption. Monica et Chandler décident donc d’adopter deux petits jumeaux (qui naissent dans le tout dernier épisode), et trouvent une nouvelle maison en banlieue.

On peut donc dire que Monica a à la fin de la série réalisé ses trois rêves : devenir chef, trouver le grand amour et avoir des enfants – même si elle aurait sans doute préféré en avoir de façon naturelle.

Monica, même si elle est « aujourd’hui » une femme très séduisante, reste complexée par son surpoids de l’adolescence, époque où les garçons ne s’intéressaient pas à elle. Même Chandler, comme on le voit dans l’épisode 5.8, et dont elle était (déjà !) amoureuse, en parlait comme d’une « grosse », ce qu’elle n’a jamais digéré. Ces vieux démons refont parfois surface et sont à l’origine de tourments et de remises en question. Mais Chandler parvient toujours à trouver les mots justes pour la rassurer.

On peut constater que le personnage de Monica a évolué au cours de la série. Outre le fait qu’elle s’est épanouie grâce à sa réussite sur les plans professionnel et amoureux, elle s’est globalement affirmée. Même si elle a dès le début une place centrale dans le groupe, qu’elle a tendance à materner, elle paraît un peu « faible », semblant quelque peu « subir » ses défauts : on la voit par exemple durant la première saison se prendre le chou sur son côté maniaque. En revanche, au bout de plusieurs saisons, elle semble bien plus assumer ses travers (son côté maniaque, mais aussi compétiteur et « fayot »), n’a plus d’états d’âme à ce sujet, ce qui rend le personnage délicieusement agaçant, et donc savoureux. C’est un personnage très attachant, très énergique, et remarquablement interprété par Courteney Cox. On s’étonnera à ce sujet que la comédienne soit la seule des six à ne pas avoir été nommée pour les Emmy Awards. Belle injustice…

 

Quelques-unes de ses meilleures répliques :

Monica à son frère Ross : Je sais qu’on ne peut pas changer de parents, mais si je pouvais, je voudrais les tiens (1.2)

 

Monica à Chandler : Sois toi-même. Mais pas trop quand même (4.5)

 

C’est pas vrai, nous, on se concentrait sur les trois bébés, et on n’a même pas pensé une seule seconde à surveiller Chandler (6.5)

 

Monica à Chandler : Tu sais, chéri, il faut que tu saches que dès que tu m’auras épousée, tu ne gagneras plus jamais.(7.22)

 

Rachel : Merci pour la fête. Je t’aide à nettoyer ? 

Monica : Pas question. Tu t’es amusée, c’est mon tour. (9.12)


30 juillet 2012

1.2. Celui qui est perdu (The one with the sonogram at the end)


Dans ce deuxième épisode, nous voyons Ross dans son Musée d’histoire naturelle. Carol, campée par une autre actrice (plus séduisante, soit dit en passant), lui annonce qu’elle est enceinte ! Pauvre Ross, qui n’a déjà pas eu le temps de digérer qu’elle était lesbienne… On fait également connaissance avec Susan, l’amie de Carol, et on sent déjà qu’elle et lui ne deviendront jamais les meilleurs amis du monde. Et il faut désormais trouver un prénom à l’enfant… Dans les autres « intrigues », on voit également d’autres aspects fondamentaux de Monica : sa boulimie d’enfants et sa « maniaquerie », accentuée par sa nervosité due à la visite de ses parents. On ne peut pas dire que ces derniers traitent Monica et Ross de la même façon : ce dernier est le chouchou, tandis que sa sœur est considérée comme une perdante, voire une vieille fille… Enfin, Rachel cherche la bague de fiançailles pour la restituer à Barry. Après l’avoir finalement retrouvée dans un endroit inattendu, elle la rend à son ex-futur mari, qui semble s’être remis de ses émotions, puisqu’il est parti aux Bahamas (la destination de son voyage de noces prévu avec Rachel) accompagné de… Mindy, l’amie de Rachel ! Quant à Phoebe, on apprend qu’elle a une sœur jumelle, avec laquelle elle ne semble pas vivre une relation particulièrement fusionnelle. Un bon épisode, plus abouti que le premier. Le rythme est haletant et les nouveaux ingrédients (comme ceux précités, ou le « Gros-Tout-Nu ») viennent habilement se greffer à ceux déjà mis en place.

Anita Barone, qui interprète cette première Carol, a quitté la série, car elle avait initialement auditionné pour un rôle principal. Ne l’ayant pas obtenu, elle n’a reçu que ce rôle secondaire, qu’elle n’a pas accepté de jouer plus d’un épisode.  

Monica à son frère Ross : « Je sais qu’on ne peut pas changer de parents, mais si je pouvais, je voudrais les tiens »

Posté par Nico Friends à 22:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

1.6. Celui qui est verni (The one with the butt)


Un épisode où l'on réalise à quel point Joey galère dans sa carrière de comédien : après l’avoir vu dans une comédie musicale minable, on apprend qu’il va jouer la doublure de Pacino ! Oui, enfin ses fesses… Oui, enfin, même pas, puisqu’il finit par se faire virer pour avoir tenté d’être trop expressif avec son postérieur (!). De son côté, Chandler rencontre une femme merveilleuse, qui a cependant une légère tendance à la polygamie (pour être plus exact, polyandrie, puisque c’est une femme), ce qui va créer un conflit quasi-schizophrénique chez lui, même s’il décide finalement qu’il ne peut pas continuer comme ça. Concernant les Geller, leur personnalité devient de plus en plus marquée : Ross est pédant, Monica maniaque (et même tordue, qu’ils disent). Même si Phoebe et Rachel sont plus effacées, c’est un bon épisode, efficace et drôle, grâce auquel on s’attache toujours plus aux personnages, en particulier Chandler et Joey.

Posté par Nico Friends à 22:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

5.5. Celui qui rate son week-end (The one with the kips)


Chandler et Monica, qui en ont un peu assez de craindre d’être surpris, décident de passer un week-end ensemble. Malheureusement, celui-ci ne se passe pas vraiment de la meilleure des manières : Monica veut changer de chambre à tout bout de champ en raison du manque de propreté, et Chandler reste scotché devant sa télé. S’ensuit leur première dispute, qui sera finalement de courte durée. Mais Joey apprend leur relation : il est le premier Friend à être au courant. Ross essaie de prévenir Rachel du marché que lui exige Emily. Après moult tentatives échouées à la suite de nombreux rebondissements, il finit par y parvenir, ce qui déplaît évidemment à Rachel. Ross essaie d’atténuer la souffrance de son amie en proposant de quitter le groupe d’amis... Très bon épisode. Le couple Chandler-Monica, avec sa première dispute puis sa première réconciliation, est de plus en plus attachant. On sent que cette relation peut devenir sérieuse. L’intrigue autour de Ross et Rachel est également réussie, mêlant gravité et légèreté : des situations cocasses résultent de cette situation. Rachel compte elle aussi partir du groupe, accompagnée de Phoebe, voire de Joey ! Sympa, aussi, le clin d’œil à l’épisode culte de la troisième saison (3.16), où Chandler, Joey, Phoebe et Monica se retrouvent encore une fois coincés dans la chambre, alors que Ross et Rachel sont en train de parler d’un sujet grave. On apprécie également le fait que Ross soit prêt à quitter le groupe, ce qui montre une nouvelle fois son sens du sacrifice.

 

Deux légères incohérences :

Ce n’en est pas vraiment une, mais pour une fois, Joey se montre particulièrement rapide pour faire le lien entre les deux week-ends de Monica et Chandler, et deviner ainsi leur relation. Son cerveau tourne d’habitude plus lentement. En deuxième lieu, Chandler dit que Joey laisse traîner des bonbons partout, or, on apprendra dans un épisode ultérieur (6.2) que Joey est très strict par rapport aux sucreries.

Posté par Nico Friends à 11:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

28 juillet 2012

9.8. Celui qui était vexé (The one with Rachel's other sister)


Joey oublie de se rendre à la parade de Thanksgiving pour sa série. Il demande à Phoebe des tuyaux pour trouver un mensonge. Amy, la seconde sœur de Rachel, débarque et participe au repas de Thanksgiving. Monica décide, suite à la demande de Chandler, d’utiliser la vaisselle du mariage. Il va donc falloir être très prudent… Très bon épisode. Amy, la sœur de Rachel, interprétée par la séduisante Christina Applegate, est très drôle, elle joue admirablement son rôle de gaffeuse pourrie gâtée et complètement à côté de la plaque. Je la trouve bien plus subtile que Reese Witherpoon, qui campait Jill, l’autre sœur de Rachel, lors de la sixième saison. Ses gaffes concernant Ross, le bébé, dont elle ne connaît pas le nom, et qu’elle considère comme un « morceau de viande » sont un régal. On apprécie également dans l’épisode le débat autour de « qui aurait la garde du bébé si Ross et Rachel venaient à mourir », qui apporte à la fois de l’humour et également un peu d’émotion, avec le pauvre Chandler dont les doutes sur ses qualités de père sont amplifiés par ses amis, qui ne semblent pas lui accorder une grande confiance dans le domaine. La maniaquerie de Monica autour des assiettes est de la même façon amusante, ainsi que les conseils de Phoebe à Joey sur l’art de dire d’inventer des bobards (les mensonges de Joey sont d’ailleurs fort savoureux). Bref, un excellent épisode.